top of page
Rechercher

"Enfermé dehors"



"Vouloir Vivre" un texte de Raphael Buyse


Un jour ou l’autre, ça vous arrive : la clé de votre maison est sur votre trousseau, mais par mégarde, ce dernier a été déposé dans votre boîte aux lettres. Et la clé de la boîte est justement sur le trousseau ! Vous voilà tout penaud, comme « enfermé dehors »…

Alors quoi faire ? Jouer de vos doigts en les asticotant au risque de les blesser pour tenter d’attraper l’objet de votre convoitise ? Tenter de le repêcher avec un chewing-gum fixé au bout d’une ficelle façon Bourvil pilleur de tronc dans le film Un drôle de paroissien ? Forcer la boîte aux lettres ? Il doit sans doute y avoir une solution… Mais pour l’instant, vous n’êtes plus chez vous : seulement à la porte…


Comme prisonniers


Cette anecdote vécue il y a quelques jours me donne à penser. Il nous arrive, à certaines heures, d’être à la porte de notre vie, d’être enfermés en dehors de ce que nous aimerions être, condamnés à stagner sur le seuil et à attendre une solution, comme prisonniers d’une porte fermée de l’intérieur, avec cette douloureuse impression de ne plus pouvoir rien faire, d’être bloqués

Alors la vie semble s’arrêter : « Je n’y arriverai jamais ! » Et j’entends dire : « Tout va bien dans ma vie, mais malgré tout, ça ne va pas », « je ne suis pas heureux comme je pourrais l’être. » Alors le stress prend le dessus, et quelquefois la culpabilité de n’en être que là. L’esprit, le corps et le cœur se dissocient. Et les désirs sont étouffés sous le poids du mal-être.


La clé est en nous


Où est la clé qui permettra de vivre et d’habiter fortement notre existence ?

Elle se trouve souvent en nous, mais elle nous reste inaccessible. Pour la saisir, chercher à prendre du recul, enlever les œillères qui nous empêchent d’accueillir l’aujourd’hui et regarder ce qui se présente à nous au-delà des apparences.


Oser être à l’écoute de soi, même si on nous a rabâché qu’il ne fallait pas trop s’écouter. Choisir de regarder en face les événements qui nous arrivent et le monde qui nous entoure. Ne jamais fuir la vie. Ne rien nier de soi.

Prendre parti pour soi, se donner le droit d’exister : ce n’est pas égoïste. Accepter nos erreurs et les considérer comme des étapes.

La solution se trouve en fait à l’intérieur ! La clé de notre avenir se trouve cachée en nous : les portes de notre vie s’ouvrent toujours de l’intérieur.

Mais il peut arriver qu’on n’y parvienne pas tout seul. Rien d’autre à faire alors qu’accepter qu’une main se tende pour nous aider à ouvrir la serrure de notre « boîte aux lettres » et à reprendre la clé cachée de notre vie….”



J'ai rencontré ce texte par hasard, je ne connais pas Raphael Buyse, il est prêtre .En cherchant qui était cet homme j'ai découvert que Raphael Buyse se définit comme un prêtre “poil à gratter” qui “n'aime pas les étiquettes”.


En lisant ses mots j'ai été particulièrement touchée, j'ai de suite adhérée à sa vision , à cette métaphore. J'ai choisi de ne vous transmettre que la première partie de son écrit parce que c'est cette partie qui m'a personnellement et professionnellement parlé . Dans la deuxième partie Raphael Buyse fait le lien entre l'anecdote de la clef déposée dans la boite aux lettres et Jésus dans les évangiles dont il dit “qu'il est un expert en la matière” si vous souhaitez poursuivre la lecture je vous invite à surfer sur le net .



Les portes de notre vie s'ouvrent de l'intérieur, chacun, à son rythme, peut faire cette découverte.

Alors que parfois les blessures du passé, conscientes pour certaines et très souvent inconscientes pour d'autres, nous ont enfermés, nous ont repliés sur nous même, nous ont empêchés d'être qui nous sommes, décider de “Se donner le droit d'exister, ce n'est pas égoïste”.


Dire stop aux injonctions parfois reçues de ceux qui nous entourent et qui sous une apparente bienveillance nous étouffent “c'est pour ton bien”, ce n'est pas égoïste.


Dire stop à celles que nous nous imposons. “il faut, je dois” , ce n'est pas égoïste


Il est parfois nécessaire de prendre du temps pour soi . Accepter d'affronter ce qui nous enferme , même si c'est désagréable pour accéder à ce qui nous rendra libre. Remplacer le “il faut” par “je choisis de”


J'ajouterai que pour moi “Etre égoïste” n'est pas obligatoirement négatif, cela n'a rien à voir avec le fait d'être égocentriste. Il ne s'agit pas de se couper des autres, il s'agit au contraire de choisir de prendre soin de soi, il s'agit de ne pas s'oublier et de se respecter.


C'est une des conditions de ce que j'appelle la “règle des 3 R” : Respect de soi, Respect de l'autre et Responsabilité. Cette formule exigeante et courageuse, peut nous permettre d'habiter sereinement notre maison.


C'est bien souvent ce qui conduit certains, certaines à pousser la porte de nos cabinets. Nous n'avons pas de baguette magique, mais nous sommes prêts à vous accompagner dans la recherche de la clef enfermée dans votre boite aux lettres.


122 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page